Brigitte Macron, "Cougar" ? Ce Que Cache La Métaphore De L'animal Prédateur

Les semaines passent tranquillement, et pendant que la date inéluctable approche il se passe deux choses : La première est que je me rends compte que contrairement à toutes les histoires que j'avais eu depuis le commencement de mes constats avec des mâles, lorsque je suis avec lui, je ne me pose pas de question (du genre de celles qui vous pourrisses la vie et vous verrou une relation en vous rendant presque paranoïaque) et que depuis que je le fréquente, j'ai découvert la femelle qui est en moi et que je n'avais jamais vraiment pu faire ressortir avant, que ce soit avec mes parents ou avec le reste du monde. Je me sens et je suis plus mûre, plus épanouie aussi. La deuxième, est qu'un soir pendant que nous étions sortis boire un verre, il sous-entend l'idée que je vienne le voir quand il sera dans le Sud… (Vous connaissez l'expression avoir le souffle coupé? Et bien j'ai vraiment prit conscience de la signification de cette expression ce soir-là).

En plus je l'ai rencontré à 18 ans, je me voyais pas sortir avec un type de mon âge, trop immature. Lui ne se voyait pas avec une nana de son âge (il venait de séparer d'une plus vieille), il cherchait la fraîcheur de la jeunesse. Certaines sont devenues vieilles gronzesses pour des raisons d'études. Elles veulent coûte que coûte réussir. Après les études, il faut se trouver une situation professionnelle stable. Ce qui fait qu'elles-mêmes n'ont pas le temps pour ressources supplémentaires construire une vertueuse relation avec un bonhomme.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *